co

Service d'aide et de soins spécialisé en assuétudes agréé et subventionné par la Région wallonne

CO

ou

Monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est un gaz toxique inodore qui se forme lors de la combustion partielle de matières carbonées comme le charbon, le papier, l'essence, etc.

 

Le monoxyde de carbone est un poison.

Arrivé dans le sang via les alvéoles pulmonaires, il se lie très fortement à l'hémoglobine et bloque son activité. Or, le travail habituel de l'hémoglobine est d'amener l'oxygène des poumons vers le reste du corps. Ainsi l'aspiration de monoxyde de carbone a pour effet de réduire la quantité d'oxygène disponible pour les muscles, le cerveau, le cœur, etc.

 

Les premiers symptômes de l'intoxication (maux de tête, vision floue, malaises légers, palpitations) sont les seuls signaux d'alarme.

 

L'exposition est détectable par mesure du taux sanguin de carboxythémoglobine ou du taux de monoxyde de carbone dans l'air exhalé.

 

La proportion d'hémoglobine transformée en carboxyhémoglobine ne devrait pas dépasser 1% chez un adulte en bonne santé.

 

A 5%, des effets sont perceptibles au niveau du système nerveux ; des modifications peuvent apparaitre au niveau du flux sanguin et de la fréquence cardiaque.

 

Au delà de 15% de carboxyhémoglobine l'intoxication se traduit par des nausées, des vomissements, des vertiges ou, plus grave, un évanouissement. La mort survient quand le taux de carboxyhémoglobine atteint environ

.

 

Le tabagisme peut à lui seul induire un taux de carboxyhémoglobine de 15%. Le CO inhalé se lie facilement et rapidement à l'hémoglobine (pigment des globules rouges), au détriment de l'oxygène et détermine une relative asphyxie des organes.

 

Le CO est mesurable dans l'air expiré : le résultat s'affiche en "ppm" (parts par million).

 

Chez une personne qui a fumé dans les minutes ou les heures qui précèdent, les niveaux de CO sont de l'ordre de 15 à 20 ppm et parfois davantage.

 

Chez les non-fumeurs, le niveau varie de 1 à 4 ppm environ mais les non-fumeurs exposés passivement à la fumée présentent en général des taux intermédiaires, entre 5 et 8 ppm.

 

La consommation de haschisch et surtout la chicha (pipe à eau, narguilé) pourraient faire monter ces valeurs au-delà de 60 ppm.

SEPT a.s.b.l.

Service d'Etude et de Prévention du Tabagisme