etablissements pénitentiaires

Service d'aide et de soins spécialisé en assuétudes agréé et subventionné par la Région wallonne

Les établisements pénitentiaires

Tabac et prison : un lien fort

Sur la scène internationale, de même qu'à l'échelle belge, le nombre de fumeurs en prison tourne autour de 80%, dépassant de loin la moyenne de la population générale belge qui avoisine les 25%.

Quelques hypothèses permettant d'expliquer l'engouement des détenus pour le tabac :

- norme groupale, crainte de se différencier

- gestion émotionnelle : comment faire face au stress si palpable, aux tensions et à la solitude entre 4 murs ?

- constitue une monnaie d'échange au sein des murs

Pourtant il semble que si l'univers carcéral est propice à une consommation massibe de tabac, le désir d'arrêt serait équivalent à celui que ressentent les fumeurs hors des murs et pour les mêmes raisons : économie, santé et qualité de vie.

Un sevrage est-il possible en prison ? Les résultats de plusieurs études menées sur le sevrage en prison sont positifs : oui il est possible d'arrêter ou de diminuer sa consommation (études basées sur des suivis individuels ou de groupe, avec ou sans substitution nicotinique). Cependant, il est évident que la détermination des individus et les moyens à disposition sont des facteurs clés, nettement plus encore qu'à l'extérieur.

Projet tabac au sein d'un établissement pénitentiaire en Belgique avec le SEPT ?

Dans le cadre de l'égalisation des chances et de la loi de principe sur les prisons et le satut administratif des détenus stipulant le droit à l'équivalence des soins de santé (article 88), nous oeuvrons depuis 2011 à la réalisation de projets abordant la question tabagique auprès de détenus et d'internés.

Nous avons proposé différentes formules d'intervention pour répondre aux différentes demandes qui nous sont parvenues :

- module de "mise en projet" composé de 5 séances en groupe auprès de personnes incarcérées : questionnement du comportement tabagique de chacun, ambivalence, mini-défis...

- mini formation auprès de professionnels pour mieux sensibiliser et soutenir les démarches des détenus.

- atelier unique sur les consommations à destination des primo-arrivants (préparation et co animation avec le Service Prévention de la ville de Mons).

Notre expérience :

Quatre modules de mise en projet ont été déployés (maison de peine en 2012, quartier des femmes en 2011 et défense sociale en 2014) et une mini formation (deux fois trois heures) en 2014. L'atelier "consommation" n'a pas encore pu voir le jour sur le terrain.

Les groupes menés en 2011 et 2012 de même que l'enquête réalisée durant cette même période (par auto-questionnaires auprès d'une cinquantaine de détenus) ont fait l'objet d'un mémoire en tabacologie et d'un article paru dans Santé Conjuguée.

Intéressé par nos documents ?

N'hésitez pas à nous faire part de votre intérêt pour le sujet, nous vous ferons parvenir un exemplaire de ces documents.

Si l'un de nos projets suscite votre intérêt, contactez-nous pour une rencontre ou pour une réunion (comité de pilotage local droque par exemple) afin de construire un projet en adéquation avec vos attentes.

Vous pouvez également consulter le mémoire en tabacologie "La gageure d'une aide aux fumeurs en milieu carcéral : enjeux, stratégies et fondements d'une approche en groupe" - CORMAN Céline, Psychologue - tabacologue au SEPT asbl - Mémoire réalisé en 2012 dans le cadre de la formation continuée interuniversitaire en tabacologie coordonnée par le FARES (Voir rubrique "Articles")

 

Participation au congrès de Lille en novembre 2016 :

SEPT a.s.b.l.

Service d'Etude et de Prévention du Tabagisme